Les défis sécuritaires : Le President Issoufou Mahamadou sur tous les fronts

La situation sécuritaire dans le Sahel née de la crise libyenne,  touche  à plus d’un titre les populations et le développement  économique de la région. Il est donc impératif que les Etats restent indifférents. Ainsi, c’est conscient du danger que  cela représente pour la stabilité de nos Etats, que dès les premières heures de la crise Libyenne, le président de la République Son Excellence Issoufou Mahamadou  avait donné la sonnette d’alarme et a  décidé de prendre toutes ses responsabilités  en menant une lutte sans merci  afin de combattre les  groupes terroristes que sont AQMI, MUJAO, Boko Haran …qui sévissent dans la sous-région.

Terrorisme au Sahel : le Mali, le Niger et le Burkina unissent leur force

Partant du caractère indivisible dans la lutte contre le terrorisme et le crime organisé transnational, les trois pays du Sahel (Mali, Niger et le Burkina Faso), ont décidé de mettre en commun leurs efforts pour faire front commun contre ce fléau qui menace la stabilité de ces pays. La grande bande désertique qu’est le Sahel qui mesure 5500 km de longueur sur 400 à 500 km de largeur constitue un espace charnière, de contact et d’échanges qui demeure difficilement contrôlable pour des pays avec des moyens limités. Entre une population ethniquement très hommogènes, avec par exemple des touaregs, des peuls, ou encore des maures, on comprend rapidement que sécuriser cet immense territoire est un véritable défi pour les nations sahéliennes. Un des enjeux majeurs au regard des problèmes de trafics en tout genre et des conflits qui secouent la zone. Les populations nomades, les groupes terroristes ainsi que les trafiquants d’armes ou de drogues bénéficient d’une liberté de circulation presque totale qui profite bien évidemment à leurs activités. La sécurité au Sahel est donc une question épineuse à traiter dans les plus brefs délais.

Mali: succès d’une opération menée entre les soldats de Barkhane et le Niger

Après l'opération Iroquois dans l'extrême nord du Mali, les soldats français de Barkhane et les forces armées maliennes ont évolué du côté de la frontière nigérienne dans des opérations de contrôle transfrontalières. Cette opération, baptisée Garikou, a mobilisé des centaines de soldats, et a été commandée depuis Gao, dans le nord Mali.

Communiqué du Ministère de la Défense Nationale : Sept éléments des FDS tombés sur le champ d'honneur et trente terroristes tués suite à deux attaques dans la région de Diffa

Le jeudi 08 septembre 2016, au cours d'une patrouille des Forces de défense et de sécurité, un véhicule a sauté sur un engin explosif improvisé (IED) à 13 kilomètre à l'Est de la localité de Barwa dans la région de Diffa. On déplore deux (02) morts et deux (02) blessés côté amis. Dans la journée du lundi 12 septembre 2016, aux environs de 10h30, une autre patrouille des Forces de défense et de sécurité est tombée dans une embuscade tendue par des éléments du groupe terroriste Boko Haram à six (06) kilomètres de la localité de Toumour (65km Nord-Est de Diffa). La réaction de nos Forces de défense et de sécurité et celle des renforts de la Force bilatérale (Tchad-Niger) a permis de mettre hors d'état de nuire l'ennemi.

Niger: l'aviation bombarde des positions de Boko Haram dans le Sud-Est

L’armée nigérienne a pour la première fois déployé des moyens aériens pour neutraliser des insurgés de Boko Haram dans le sud-est du Niger. Elle n’annonce pas de bilan pour l’heure. Ces frappes ont visé une zone proche du village de Dagaya, où des éléments des forces du Niger sont tombés dans une embuscade avant-hier, embuscade qui a fait un mort dans les rangs des soldats nigériens.

Pages

Subscribe to Sécurité