LE SILENCE QUI ACCUSE LE SG DU SAMAN ET SES AMIS

La charge du parti de Hama Amadou contre la justice et les magistrats est d'une singularité sans commune mesure du fait de  son contenu haineux, discourtois et malhonnête. On peut comprendre la déception et le désarroi des militants et autres supporters de  Hama Amadou à la suite du verdict prononcé par la cour d'appel dans l'affaire de supposition d'enfants dont sa 2è femme est mise en cause avec  d'autres nigériennes. On peut comprendre également  les agitations de certains nigériens notamment sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels pour influencer le procès.

Hassoumi Massaoudou: au Niger, «le politique n’a pas d’emprise sur la justice»

Au Niger, l’ancien Premier ministre Hama Amadou se considère comme un prisonnier politique et renonce à former un nouveau recours judiciaire pour une remise en liberté. Ce sont donc ses camarades du Moden Lumana qui feront campagne à sa place en vue de la présidentielle du 21 février. Hama Amadou est-il victime d’une discrimination politique ? En ligne de Niamey, le ministre nigérien de l’Intérieur, Hassoumi Massaoudou, répond aux questions de Christophe Boisbouvier.

Justice internationale : La Cour de Justice de la CEDEAO déboute l'ancien sultan de Zinder

La Cour de la CEDEAO a rendu son verdict le mardi 1er Décembre 2015 et a débouté l'ancien sultan de Zinder dans l'affaire qui l'oppose à l'Etat du Niger. L'on se souvient qu'après avoir initié plusieurs recours devant les juridictions nationales pour demander l'annulation des décisions administratives, notamment une requête aux fins de sursis à exécution contre l'arrêté du 29 juin 2011 qui rétablissait l'ancien sultan Aboubacar Sanda, et deux recours pour excès de pouvoir qui furent rejetés par la Cour Suprême (arrêt du 29 Juillet 2013), l'ex-sultan de Zinder a, par requête en date du 7 novembre 2013, assigné l'Etat du Niger devant la Cour de la CEDEAO.

La justice ordonne au Niger de dédommager la famille d’un président tué lors d’un coup d’Etat

La justice ouest-africaine a ordonné vendredi à l’Etat du Niger de verser des dédommagements de plusieurs centaines de milliers d’euros à la famille de l’ancien président Ibrahim Bare Maïnassara, tué lors d’un coup d’Etat en 1999. Les cinq juges de la cour de justice de la Cédéao, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest, ont demandé que le Niger paie 435 millions de francs CFA (663.000 euros) au total à la veuve de l’ancien dirigeant, à ses cinq enfants et à ses onze frères et soeurs

Pages

Subscribe to Justice