QUAND L’OPERATION ‘’MAI BOULALA’’ TROUBLE LE SOMMEIL DE PLUSIEURS PERSONNALITES POLITIQUES ET ECONOMIQUES…

La corruption affecte tous les secteurs de la vie nationale au Niger. Son éradication mérite une thérapeutique axée sur des sanctions exemplaires et sans complaisance. Conscient de ce danger, le Président de la République Son Excellence Issoufou Mahamadou en homme visionnaire et patriote sincère,  à mis tout son génie pour traquer les gestionnaires de la chose publique indélicats  à travers de l’opération « Mai Boulala », troublant ainsi le sommeil de plusieurs personnalités de la sphère sociopolitique et économique nationale suite à la vague d’interpellation dans les locaux  la police judiciaire.

 

C’est dans cette optique que le vendredi dernier, plusieurs de ces personnalités, tout bord politique confondu, ont été interpellées. 

Cela faut –il le rappeler, traduit  la  volonté  ferme de Son excellence Issoufou Mahamadou, Président de la République, Chef de l’Etat, de poursuivre la lutte contre la corruption et les détournements de deniers publics conformément à son programme de Renaissance et aux engagements pris devant le peuple nigérien. D’ailleurs, grâce à celle-ci, à travers un constat sur le dernier classement de Transparency international en matière de lutte contre la corruption, le Niger gagne 35 point en 2016 contre 34 en 2015 ce qui est une avancée significative et la bonne marche de la politique du Président Issoufou en matière de lutte contre la corruption.

 

Parmi les personnes interpelées on peut citer entre autres : Adamou Chaiffou, Maliki Mounkaila, Elh Raja Chaibou, Elh Kiota, dans l’affaire dire du riz japonais et   Seydou Boubacar, Mourtala Mahamane Sani Bako…dans celle du Barrage de Kandadji.

 

Il vous souviendra dans un passé récent, des cadres de l’administration publique, parmi lesquels des  magistrats, douaniers, des cadres du Ministère de la Fonction publique, des hommes politiques ont eu à séjourner en prison dans cette opération.

 

Comment une personne peut-elle détourner à elle seule des millions voire  des milliards de francs CFA ? Que va-t-elle faire avec tout cet argent ?

Chose sûre, cela entraine des manques à gagner énormes pour le Niger et son développement économique.

 

Avec l’arrestation de ces personnes, Son excellence Issoufou Mahamadou, Président de la République, a inéluctablement démontré son intransigeance à terrasser les fossoyeurs de l’économie Nigérienne, adeptes des malversations financières mises en lumière dans des rapports explosifs et autres audits démontrant leurs forfaitures. Dès lors, il lui sera plus aisé de distinguer tous ses collaborateurs qui auront longtemps joué la carte de la loyauté pour l’endormir pendant qu’ils s’engraissaient sur le dos de l’Etat.

 

Dans la plupart des cas, ces hommes et femmes devraient répondre de faits de détournement et/ou d’utilisation, à des fins personnelles, du patrimoine national. Il est à relever, il y en a, pour qui sait la proximité qu’on leur prêtait jusqu’ici avec le chef de l’Etat, montre bien que le Président Issoufou Mahamadou est sans complaisance. Aussi la bourrasque à venir s’annonce-t-elle intraitable, tant il est désormais de mise qu’il voudra enfin passer aux actes après des mises en garde que d’aucuns avaient tôt fait assimiler à de simples menaces sans lendemain ou de simples diversions.

 

Il faut cependant comprendre à travers toutes ces opérations de contrôle, d’interpellation et d’arrestation, la volonté des plus hautes autorités à rétablir le monopole fiscal de l’Etat et cette volonté politique a déjà été affichée à travers plusieurs sorties médiatiques du nouveau Ministre des Finances Hassoumi Massaoudou, homme politique bien connu pour sa rigueur et son dévouement dans le travail. Le Niger a trop souffert du comportement de certains responsables qui au lieu de travailler pour servir la patrie, travaillent en réalité pour leur propre compte. Cela justifie d’ailleurs l’incapacité du Niger à mobiliser les ressources internes et obligeant du coup, le gouvernement a toujours solliciter l’aide extérieure qui vient le plus souvent avec des conditions insupportables pour le pays.

 

Il faut aussi souligner que cette opération de remise de l’Etat du Niger dans ses droits commence déjà à porter ses fruits car Deux Milliards de nos francs ont déjà été recouvrés.

 

Il faut enfin féliciter et encourager le Président de la République et son Ministre des Finances pour le courage et la volonté politique d’assainir les finances publiques car de la Conférence Nationale à aujourd’hui aucun régime n’a osé entreprendre une telle action brave et salutaire allant jusqu’à dénicher ceux de son propre camp politique.

 

Adam Kiari (Web Contributeur)