OPERATION MAI TAKOBI: recouvrement forcé des impôts fonciers, la DGI s’attaque aux gros bonnets

Les nouvelles instructions prônées par le Ministre des Finances, Massaoudou  MAI TAKOBI  dans le cadre de la mobilisation des ressources internes, commencent à apporter leurs fruits. En effet au niveau de la Direction Générale des Impôts (DGI), le niveau de recouvrement est appréciable. La Nouvelle DGI, Mme Rabiou Haoua Hambali a insufflé un nouveau dynamisme à ses agents.

 

Après avoir donné des cahiers de charges précis et des objectifs à atteindre, la DGI se déplace régulièrement dans les différents services pour superviser personnellement les opérations.

Les recouvrements des impôts fonciers et de la TVA qui étaient un des tendons d’Achille de la DGI vont connaitre un nouvel essor. Pour le cas précis des impôts fonciers, la DGI a déjà recommencé à recenser les maisons et autres contribuables qui ne sont pas à jour ou qui ne payent pas du tout cet impôt. Ainsi pour démontrer le sérieux de cette affaire, la DGI a adressé plusieurs lettres de sommation aux membres du Gouvernement, à des institutionnels, aux députés nationaux et à plusieurs contribuables pour leur rappeler leur obligation du paiement de cet impôt.

Parmi les mauvais payeurs de cet impôt, on parle du cas du Député Algabit Atta, celui-là même qui s’est rendu tristement célèbre dans sa volonté de tordre le cou à la Constitution.

Il posséderait plusieurs centaines de maisons en location à Niamey, mais il ne paye pas correctement les impôts fonciers. Il n’est pas le seul, ils sont légions partout au Niger. C’est pourquoi, selon plusieurs sources proches de la DGI, aucun contribuable assujetti à cet impôt ne sera épargné. Au-delà d’une maison principale, la loi prévoit le paiement de cet impôt pour chaque maison secondaire qu’elle soit mise en location ou pas. Sachant que ce sont les hauts de en haut et leur soutien qui disposent de plusieurs maisons, la DGI risque d’être confrontée à des pressions de toutes sortes.

Mais au niveau de la DGI, les responsables et les agents réaffirment leur détermination à faire rentrer l’Etat dans ses droits et tous ses droits.

Ils assurent que personne ne sera cette fois-ci épargné.

L’opération sera menée de bout en bout. D’ailleurs d’après certaines indiscrétions, pour éviter les interventions intempestives du politique, un expert international sera très bientôt recruté pour épauler la DGI dans sa mission répressive.

Il sera sous les ordres de la Directrice générale.

Comme dirait le chanteur, l’argent appelle l’argent. Espérons simplement que l’Etat mettra à la disposition de la DGI des moyens conséquents pour mener à bien leur mission et que « l’arrangeur national », le SGG ne s’interpose avec sa pratique alambiquée pour empêcher à la DGI de faire correctement son travail.

À propos de l'Auteur Namalka Bozari (Contributeur Web) Tamtaminfo News