Niger: l'opérateur téléphonique français Orange dans la tourmente

Les locaux d’Orange ont été mis sous scellés jeudi dernier après un redressement fiscal de 22 milliards de francs CFA, soit 33,5 millions d'euros. Orange conteste le redressement ainsi que la mise sous scellés. Deux autres opérateurs sont aussi dans le collimateur du fisc. Les autorités nigériennes vont par ailleurs rétablir la taxe supprimée l'an dernier sur les appels internationaux.

La note est lourde. Vingt-deux milliards de francs CFA de redressement fiscal, cela représente la moitié du chiffre d'affaires annuel de la société. Et pour Orange Niger, qui emploie 532 salariés et compte deux millions quatre cent mille abonnés, ce redressement « menace » la pérennité de l'entreprise.

Orange a déposé un recours et, selon certaines sources, aurait déjà entamé des discussions sur le montant de l'amende. Les autorités justifient le redressement par le non-respect des engagements pris par Orange.

L'an dernier, après un intense lobbying des opérateurs téléphoniques, l'Etat avait supprimé la taxe sur les appels internationaux en échange d'une amélioration de la couverture réseau. Une amélioration qui, selon les autorités, se fait toujours attendre. Cette taxe va d'ailleurs réapparaître dès l'an prochain.

En attendant, le fisc a pour objectif de combler le manque à gagner, d'autant que la vente des licences 4G n'a pas rapporté ce que l'Etat espérait. Niamey, qui est engagé dans des discussions avec le FMI pour obtenir de nouvelles facilités de crédit, s'est vu reprocher son laxisme fiscal et notamment la faiblesse du recouvrement de l'impôt dans le secteur des télécommunications. Or, le pays a besoin de trouver des ressources nouvelles notamment pour financer son effort sécuritaire.

Source: RFI