Niger: Hama Amadou doit être transféré de sa prison vers l'hôpital de Niamey

Au Niger, l'opposant Hama Amadou doit quitter ce vendredi la prison de Filingué où il est détenu dans une affaire de trafic présumé de bébés. L'opposant doit participer au second tour de la présidentielle le 20 mars, face au président sortant Mahamadou Issoufou. Officiellement, il sort de prison pour des raisons de santé.

Au Niger, des sources proches du dossier parlent d’une évacuation sanitaire en hélicoptère. Hama Amadou doit quitter prochainement la prison civile de Filingué et doit se mettre en route pour l’hôpital national de Niamey en compagnie de son médecin personnel. Selon les informations de RFI, il sera soigné dans cet hôpital pour des problèmes de santé très préoccupants, dit-on, où où le Pavillon de la Francophonie a été préparé pour son arrivée, sous la surveillance d'un peloton de la gendarmerie nationale.

Hama Amadou souffrirait de problèmes aux yeux et sitôt les premiers responsables du pays informés sur ce problème de santé, ils ont ordonné son évacuation vers l’hôpital. Filingué est distante de 180 kilomètres de la capitale Niamey. Ce transfèrement satisfait donc une revendication de son entourage, qui se plaignait de l'éloignement de la prison et qui réclamait son rapprochement.

Depuis jeudi soir, les spéculations vont bon train sur sa participation ou non au second tour de l'élection présidentielle du 20 mars. Hama Amadou ne s'est pas officiellement désisté de la course électorale et donc son nom figurera bien sur le bulletin unique qui sera présenté aux électeurs, aux côtés du président sortant Mahamadou Issoufou arrivé en tête du premier tour. Malgré tout, on ignore encore la position de la coalition de l'opposition qui s'était alliée à Hama Amadou pour le premier tour. Des concertations et un point de presse sont annoncés dans l'après-midi.