L’implication personnelle du Président Issoufou Mahamadou dans la crise scolaire : Un sens élevé de responsabilité

Pour régler définitivement la crise qui mine le monde scolaire, le chef de l’Etat  Son Excellence Issoufou Mahamadou a décidé de prendre lui-même  les choses en main en rencontrant le 15 avril dernier, les membres du Comité Directeur de l’USN, une première dans l’histoire. En effet cette implication personnelle du père de la nation témoigne  de l’esprit de sagesse dont possède l’homme  et du sens de responsabilité dont il a toujours fait montre à l’égard du peuple dont il a la charge.

Il s’est mis dans la peau  de ces enfants des pauvres dont lui-même en est issu  avant de  reconnaitre   justes et légitimes, leurs  revendications. Très  touché, il a ordonné la réouverture  immédiate des campus universitaires de Niamey. 
Cette décision est loin d’être la seule. En effet, le chef de l’Etat a aussitôt  annoncé   la libération des tous les étudiants arrêtés et a promis que les  traitements   dégradants et  humiliants sur leur personne ainsi que  le crime commis sur l’étudiant MALA Bagalé  ne resteront impunis. D’ores et déjà  trois policiers sont mis aux arrêts dans l’affaire dite du « scolaire battu dans la vidéo » selon un communiqué de la police Nationale.

Le Président de la République Son Excellence Issoufou Mahamadou a par ailleurs, au nom de la nation toute entière et à son nom propre, présenter ses condoléances à la famille endeuillée  par cet événement malheureux avant de souhaiter un prompt rétablissent aux blessés.

Doté d’un génie « d’écoute des autres », et des valeurs auxquelles il tient tant, tels que le respect de la personne  humaine, la rigueur dans  le travail et surtout le souci de voir la jeunesse nigérienne en général et les scolaires en particulier réussir dans son ensemble, Son Excellence Issoufou Mahamadou a, sans surprise  pour ceux qui le connaissent bien, muté Monsieur Ben Omar Mohamed de poste de Ministre de l’Enseignement Supérieur de la Recherche et de l’Innovation pour ouvrir la porte de négociation avec les scolaires, ces précurseurs de notre jeune démocratie qui méritent notre respect et notre admiration.

Une chose est de nier les qualités exceptionnelles et innées, une autre est de patauger dans des critiques acerbes et stériles à l’allure d’outrages. Mais du moins, le bon sens voudrait que l’on ait le courage de reconnaitre les efforts de cet illustre Homme d’Etat hors pair  qui vient faire ses  preuves dans le dénouement de la crise scolaire qui sévit dans notre pays depuis quelques mois.

Désormais la balle a été renvoyée au comité interministériel et aux représentants des scolaires à savoir le CD de l’USN qui doivent prendre dans un élan patriotique toutes les dispositions nécessaires en vue de trouver des solutions idoines aux maux qui minent l’école nigérienne. En attendant, il est de la responsabilité de tous, autorités politiques et coutumières, parents d’élèves, enseignants, scolaires, syndicats, société civile,… à la faire la culture de la paix, de la tolérance et la solidarité dans l’intérêt supérieur de la Nation.

Abdou Razak Harouna Chaibou