Les défis sécuritaires : Le President Issoufou Mahamadou sur tous les fronts

La situation sécuritaire dans le Sahel née de la crise libyenne,  touche  à plus d’un titre les populations et le développement  économique de la région. Il est donc impératif que les Etats ne restent indifférents. Ainsi, c’est conscient du danger que  cela représente pour la stabilité de nos Etats, que dès les premières heures de la crise Libyenne, le président de la République Son Excellence Issoufou Mahamadou  avait donné la sonnette d’alarme et a  décidé de prendre toutes ses responsabilités  en menant une lutte sans merci  afin de combattre les  groupes terroristes que sont AQMI, MUJAO, Boko Haran …qui sévissent dans la sous-région.

 

En effet le Président de la république, Son Excellence Issoufou Mahamadou, convaincu qu’aucune religion, qu’aucune idéologie ne saurait justifier des actes aussi barbares, ignobles  et lâches, groupés sous le vocable de « terrorisme » et/ou  « djihadisme » ,  s’engagea dans une lutte sans répit à travers   la mise à disposition des moyens adéquats  au profit de nos  forces de Défenses et de Sécurité en multipliant par 15 le budget consacré à la Défense soit 10% du Budget National. Avec ces importants moyens mis à la disposition de nos FDS par les plus hautes autorités du pays, aucune force du mal aussi minime soit-elle n’a occupé ou s’installer sur une portion du territoire nigérien de l’Est à l’Ouest, du Nord au Sud. Cela est d’autant plus important à souligner car vous n’êtes pas sans  savoir que géographiquement le Niger est au centre de plusieurs foyers de tensions : au Sud ou sévit la nébuleuse Boko Haram, au Nord les groupes terroristes Daech et AQMI et à l’Ouest avec les groupes terroristes MUJAO, AQMI, ANSARDINE, ALMOURABITOUNE, plusieurs groupes des narcotrafiquants etc.

 

Sans aucun doute les résultats actuels auxquels sont parvenus nos FDS ont été conditionnés par la volonté politique du Président Issoufou Mahamadou à lutter contre le terrorisme, ce qu’il a d’ailleurs toujours martelé dans ses discours lors des grandes rencontres internationales ou régionales à ce titre le Président Issoufou disait lors de son discours d’investiture pour son deuxième mandat : « Le terrorisme, c’est le mal absolu, mais ce mal doit être l’occasion pour les pays de notre sous-région et du continent de construire des États démocratiques forts et stables, dotés d’armées performantes ». C’est pourquoi il a toujours exhorté les pays touchés  par les questions sécuritaires  de la sous région et au delà, à s’unir aussi bien dans le cadre de la coopération bilatérale que multilatérale comme il l’a énuméré au récent sommet du G5 Sahel   ainsi qu’il suit : « La lutte contre ce fléau nécessite le renforcement de la coopération sécuritaire entre les pays africains, » et plus loin  « Avec le Tchad, nous avions apporté notre concours au Nigéria en montant une opération pour y libérer des villes occupées par Boko-Haram. Avec le Bénin, le Cameroun, le Nigéria et le Tchad nous avons mis en place une force mixte multinationale pour juguler la menace de cette organisation dont la barbarie est bien connue ».

 

Pour  que  cela soit, les  Etats doivent  bien évidemment coopérer  et mutualiser leurs efforts comme il l’a  affirmé en ces termes : « Je n'ai aucun doute qu'en mutualisant nos efforts, nous parviendrons à bout des terroristes et des criminels pour le développement de nos Etats »  a-t-il  insisté lors de la  2ème Conférence Extraordinaire des pays membres de l'Autorité de Développement intégré de la Région du Liptako-Gourma (ALG) tenue récemment à Niamey. Le renforcement de la coopération sécuritaire entre pays africains qu’exige la lutte commune contre le terrorisme doit de son point de vue, s’accompagner d’une accélération du processus d’intégration économique entre ces pays. Ce combat pourrait être ainsi un catalyseur de l’intégration économique.

 

Toujours dans son infatigable combat pour la paix et la sécurité, compte tenu de la position géostratégique du Niger dans le domaine de la lutte contre le terrorisme, plusieurs conventions en matière de défense et de sécurité avec des grandes puissances comme l’Allemagne, la France, les USA, l’Arabie Saoudite, la Chine, ont été signées. Ce qui justifie la présence des bases militaires étrangères sur notre territoire qui aident le Niger dans les renseignements et la couverture aérienne avec des patrouilles de drones à l’exemple de l’opération BARKHANE et AFRICOM. A cela s’ajoute la participation du Niger dans plusieurs missions de maintien de la paix des Nations-Unies, ONUCI en Côte d’Ivoire, MINUSMA au Mali, MINUSCA en Centre-Afrique,  MINUSS au Sud-Soudan, MINUSTAH en Haïti et MONUSCO au Congo.

 

Le combat du Président Issoufou Mahamadou est tout à fait légal et légitime même  si certains citoyens égarés, par dédain ou adversité politique, l’accusaient à tort d’importer une guerre à notre pays. Et que dire alors des attaques récurrentes au Mali et au Nigeria, de Grand Bassam en Côte d’Ivoire, du Nord Cameroun,  de Ouagadougou ou encore Paris ou Berlin, Belgique, Turquie,…? Ces pays ont-ils provoqué les attaques dont ils sont victimes aujourd’hui ?

Non bien évidement !

Comme on le voit bien, la marque de mérite du Président de la République est donc son implication dans la  lutte contre le terrorisme, le grand banditisme et la criminalité transfrontalière dans toutes ses formes. Le Président Issoufou Mahamadou a été, honnêteté oblige, l'un des artisans de la libération des quatre otages enlevés à Arlit en 2011, l’un des initiateurs du G5 Sahel, médiateur dans la crise  libyenne, malienne et burkinabé. Ce qui lui a valu plusieurs distinctions  au premier rang desquelles on peut citer :

  •  Prix Thomas Sankara pour la Renaissance Africaine : pour ses interventions dans le domaine de la sécurité jugées ‘’ meilleures actions de solidarité contre le terrorisme à travers la coalition des forces armées africaines contre Boko Haram.
  • Prix Mandela, édition 2016 : pour sa politique ferme en matière de sécurité nationale et son leadership régional en matière de sécurité pour combattre le terrorisme-djihadiste et le trafic de drogue dans le Sahel et l’espace du Lac Tchad»

Partout  le Président Issoufou Mahamadou a défendu la  ferme position en matière de sécurité notamment au niveau des sommets de  l’Union Africaine, de Brazzaville, du G5 Sahel tenu au Tchad et récemment à Bamako, Afrique-France au Mali, de la visite officielle en Arabie Saoudite, et aujourd’hui au Qatar au cours desquels la sécurité était au centre des entretiens. 

 

Comme on le voit bien on ne finira jamais de tarir  d’éloges  un Président qui, en dépit   des moyens financiers limités et de la situation économique  du pays, fait du courage son  bouclier et de sa volonté de rendre le sourire à son peuple, une arme redoutable qu’aucune autre force ne saurait vaincre. Quoiqu’on dise, il reste et demeure une source d'inspiration pour  tous, un chantre incontesté qui  s’est toujours  efforcé de vivre d'une façon qui respecte et renforce la liberté des autres.

Le Président Issoufou Mahamadou est sans nul doute une référence pour les chercheurs et étudiants en sciences  politiques.

Ainsi avec toutes ces offensives diplomatiques pour la paix et la sécurité à l’actif du Président Issoufou Mahamadou, ne serait-il pas judicieux de récompenser ses efforts par un Prix Nobel de la paix ?

 

La Rédaction AlgaitaInfo