LE SILENCE QUI ACCUSE LE SG DU SAMAN ET SES AMIS

La charge du parti de Hama Amadou contre la justice et les magistrats est d'une singularité sans commune mesure du fait de  son contenu haineux, discourtois et malhonnête. On peut comprendre la déception et le désarroi des militants et autres supporters de  Hama Amadou à la suite du verdict prononcé par la cour d'appel dans l'affaire de supposition d'enfants dont sa 2è femme est mise en cause avec  d'autres nigériennes. On peut comprendre également  les agitations de certains nigériens notamment sur les réseaux sociaux et les médias traditionnels pour influencer le procès.

Mais qui peut croire à un procès téléguidé depuis la présidence de la République? Qui peut croire que le trafic des nouveaux nés via la filière connue de tous n'est pas une réalité? Arrêtons de se voiler la face, le mensonge a beau courir la vérité le rattrape toujours. Et c’est exactement  cette vérité qui a prévalu à la cour d’appel le 13 mars dernier. La femme de Hama Amadou n'a pas eu de scrupules à induire  son mari  en erreur  de la manière la plus abjecte. A aucun moment elle ne s'est souciée des conséquences que peuvent engendrer de telles pratiques sur la carrière politique de son mari. 

Le général en chef Hama Amadou et sa horde de possédés doivent s'en prendre donc à madame Hadiza plutôt qu'à la justice. Qui peut donc croire que l'Etat du Niger à travers ses dirigeants et sa Justice  ait ourdi un complot de cette nature pour écarter un concurrent, fut-il Hama Amadou ? Penser ainsi, c'est  concéder que Hadiza Hama Amadou est complice du président Issoufou Mahamadou en vue de détruire la carrière politique de son mari. C'est invraisemblable et absurde !

Au demeurant, l’absurdité du raisonnement  amène à croire aux hypothèses suivantes :

1-la femme de Hama Amadou aurait accepté d’être la complice pour détruire politiquement son mari.

2-le Président Issoufou est en rapport avec la fabrique des bébés au Nigeria auprès de laquelle, il aurait recommandé  Hadiza Hama Amadou.

3-le Président  Issoufou aurait  instruit le maire de commune 5 à établir des actes de naissance aux jumeaux de Hama Amadou.

4- le Président Issoufou aurait soudoyé le juge en première instance pour qu'il se déclare incompétent à juger ladite affaire.

 

5- Et pour faire diversion, le Président Issoufou aurait demandé l’appui d’autres familles comme celle d’Abdou Labo pour elles aussi supposer leurs maternités et aider, de cette manière, Issoufou à détruire un adversaire politique.

A l’évidence, il faut savoir raison gardée. Le jugement est prononcé, il s'impose comme force de loi. Hama Amadou à été condamné mais également d'autres citoyens ont été reconnus coupables par la Justice nigérienne, la seule et toujours la même. Tantôt indépendante, tantôt utilisée ; tantôt magnifiée, tantôt insultée. Mais elle reste la justice, la seule qui condamne ou qui libère.

Les insultes et autres élucubrations imbéciles des avocats (ces gens qui sont rarement de bonne foi, selon Hama) et des militants de son parti politique ne changeront rien... car nul n'est au dessus de la Loi. C’est du moins ce que le bureau du SAMAN, adore nous rappeler chaque fois que les ministres Bazoum et Hassoumi sont cités dans des polémiques politico-judiciaires.

Mais, encore que cela ne nous surprenne guère, ce bureau, qui  prétend être intransigeant quand on s’attaque aux magistrats et à l’indépendance de la justice, est resté d’un silence déroutant face aux insultes dont les juges de la cour d’appel font l’objet.

Et, je peux vous parier que les choses auraient été tout simplement différentes si c’est le PNDS-TARAYYA qui aurait rendu publique une telle déclaration à charge sur une décision de justice. Je parie que le bureau du SAMAN n'aurait pas mis 24h pour dire tout le mal qu'il pense du Président de la république et de son régime.

En agissant encore comme ils ont l’habitude d’agir quand il s’agit du parti Lumana, Le SG du SAMAN et ses amis du bureau ont confirmé deux choses :

  1. Qu’il est très partiel et tendancieux dans ses prises de positions qui à l’évidence n’ont jamais été faites pour défendre les prétendus intérêts des magistrats mais pour aider des amis politiques en difficultés avec la justice et contre la justice.
  2. Qu’il a jugé et ordonné que le parti Lumana reste le seul corps social qui jouit du droit et de la liberté  d'insulter les juges dans l'exercice de leurs missions. 

En tout état de cause, Le SG du SAMAN doit faire son examen de conscience (au cas où il en a une) et admettre  qu'il est et restera  le premier magistrat (quelle belle prouesse !) à faire du SAMAN une force rétrograde et politiquement clivante. 

Beaucoup ne le savent pas ; mais permettez-moi de vous apprendre qu’au lendemain de cette fumante déclaration du parti de Hama Amadou contre la Justice, le Sg du SAMAN tenait un baptême chez lui.  Soumana Sanda qui avait initié et lu la déclaration était reçu avec tous les honneurs par le Sg du SAMAN. Les autres invités présents étaient tout simplement stupéfaits. Les uns disaient que Soumana Sanda n'a pas de scrupules. Les autres plus censés, soutenaient que le sg du SAMAN et Soumana Sanda sont juste des amis engagés  dans la même combine politique.  Et à un magistrat plus direct de dire que le Sg « a vendu » le syndicat et ce qu’il incarne de valeurs au diable. En agissant donc comme il agit, il ne trahit pas seulement la confiance des magistrats du Niger mais il accomplit la mission pour laquelle il a pris la direction du SAMAN ; il doit permettre à Hama qui avait échoué à détruire le SAMAN en créant le SIMAN, il doit lui permettre de prendre sa revanche sur l’un des quelques syndicats qui lui avaient tenu tête lorsqu’il était tout puissant chef de gouvernement du Niger.

Mais enfin que peut-on attendre d’un minable type qui ne peut jamais voir au-delà de son cercle ethnique et familial ?

Aux magistrats du Niger d’en tirer les conséquences, eux qui avaient commis l’erreur (de très bonne foi cependant) de  placer un tel personnage à la tête d'un aussi respectable Syndicat.

 

 

Web Contributeur(Facebook)