Ebola: Nouveau décès au Mali, ralentissement de la contamination au Liberia

Un infirmier, atteint d'Ebola après avoir soigné un patient de Guinée, est décédé mardi au Mali, dernier pays en date atteint par l'épidémie en Afrique de l'Ouest où, selon les experts, la contamination ralentit au Liberia.

L'épidémie actuelle d'Ebola a fait 4.960 morts sur 13.268 cas dans huit pays, essentiellement au Liberia, en Sierra Leone et en Guinée, selon le dernier bilan de l'Organisation mondiale de la Santé (OMS) arrêté au 4 novembre.

Au Mali, un infirmier de la clinique Pasteur à Bamako «qui a été en contact avec un ressortissant guinéen décédé de la maladie est mort à son tour», a indiqué à l'AFP un responsable de la clinique, précisant que les tests s'étaient avérés positifs au virus. Le Mali avait enregistré son premier cas avec la mort d'une fillette de 2 ans le 24 octobre, qui avait voyagé avec sa grand-mère dans le sud de la Guinée voisine, où l'épidémie s'est déclarée en décembre 2013.

Situation inquiétante en Sierra Leone

Ailleurs, l'unique malade encore connu hors du continent, un médecin soigné à New York après avoir contracté le virus en Guinée lors d'une mission pour Médecins Sans Frontières (MSF) est guéri et a quitté mardi l'hôpital.

En Sierra Leone en revanche, deuxième pays le plus touché où l'épidémie progresse le plus rapidement, en particulier dans la région de la capitale, Freetown, la situation restait préoccupante, avec une sous-estimation chronique du nombre de cas et de morts, selon l'OMS. «Les bilans se sont stabilisés dans certaines régions mais à Freetown et Hastings, dans l'ouest du pays, les cas flambent», a indiqué à l'AFP une porte-parole de l'OMS sur place, Winnie Romeril.

En revanche au Liberia, pays le plus touché (plus de la moitié des morts), le nombre de nouveaux cas continue de baisser, à l'inverse de la Guinée et de la Sierra Leone, selon MSF. Le nombre de nouveaux cas a chuté à "50 à 100 par jour", contre plusieurs centaines au plus fort de l'épidémie en septembre, a déclaré le vice-ministre libérien de la Santé Tolbert Nyensuah.

 

Source: 20 minutes