AFFAIRE DES BEBES IMPORTES : LA JUSTICE VIENT DE TRANCHER

Une fois n’est pas coutume, je commence ma modeste contribution sur un dossier aussi lourd par un curieux constat : il m’a juste été difficile de comprendre le silence assourdissant de la majorité de la presse nigérienne sur ce sujet, une presse pourtant très portée sur le sensationnel et les faits divers même les plus ridicules.

Et pourtant le sujet est grave et sa portée multidimensionnelle aurait pu « contraindre » nos différents médias à scandales à en faire leur chou gras et notre société civile promptement moralisatrice sur tout et sur rien à l’inscrire en première ligne de son combat.

De part et d’autres curieusement rien. Notre presse qui adore fébrilement relayer les scandales n’en parle pratiquement pas et lorsqu’elle le fait, c’est généralement dans le sens de sa banalisation ou alors pour crier au complot contre le soldat Rayan. Quant à notre bouillante société civile, c’est le silence absolu. Et pourtant, elle vient de rendre publique une liste des dossiers qu’elle estime méritoires des poursuites devant la justice ; ce dossier pourtant, et une fois encore gravissime, n’en figure pas et allez-y comprendre.

Disons les choses terre à terre ; ce dossier les dérange puisqu’il met en cause leur « idole ». Et cela signifie aussi qu’en vérité, jamais ces acteurs n’ont inscrit leurs actions dans le but d’éclairer les citoyens sur les travers de notre société ou de notre élite politique et encore moins dans une quelconque dynamique citoyenne. Ils sont juste partisans et mercenaires politiques qui n’ont cure des intérêts du Niger mais qui ont contrat à tout entreprendre, y compris à mettre le Niger à feu et à sang si nécessaire pour sauver leur commanditaire. Et tous les bruits et toutes les agitations qu’on observe par-ci, par-là  ces derniers jours rentrent dans ce rocambolesque schéma.

L’Idée est donc d’empêcher à tout prix à la justice de s’exprimer sur ce dossier extrêmement grave ; il est grave en ce qu’il est attentatoire à la dignité humaine (un être humain ne peut être une marchandise) et aux mœurs et valeurs de notre société. C’est donc un dossier humainement insupportable, moralement inacceptable et juridiquement condamnable.

Essayons un peu d’imaginer ce que serait le comportement de Bonférey, de Labari, de RTT, de l’Enquêteur et du Courrier si ce dossier, au lieu de mettre en cause « tawaye baba » mettait en cause Massaoudou ; et imaginons aussi ce que serait l’attitude de Ali Idrissa, de Tchang, de Halidou Mounkaila, et leurs dérivés si ce dossier, au lieu de mettre en cause le fugitif, mettait en cause Bazoum. Et imaginons ce que serait la réaction du BEN SAMAN si ce dossier mettait en cause Bazoum et Massaoudou.

Malheureusement pour eux, parmi les mis en cause dans ce dossier il y a bien un homme ; cet homme qui déteste la liberté de presse et qui méprisent et embastillent les journalistes mais que les Maiga de l’enquêteur et autres Abdourahamane Younoussa de Bonferey adorent ; cet homme qui ne supporte pas la liberté d’expression et qui appelle à « s’occuper » des acteurs de la société civile mais que les Ali Idrissa et Tchang vénèrent ; cet homme qui n’admet pas l’indépendance de la justice mais que le BEN SAMAN soutient ; cet homme qui est prompt à abandonner femmes et militants chaque fois qu’il a des problèmes avec la justice mais qu’on qualifie de brave et de courageux ; cet homme qui ne prie que deux fois dans l’année( les prières de fêtes protocolaires),qui croit au diable( certainement pourquoi il ne s’est jamais rendu en pèlerinage à la Mecque), qui aime détruire les mosquées et dont les militants ne se gênent jamais de mettre en cause la foi de ceux qui croient en ALLAH ; cet homme dont le bilan après sept ans à la tête du gouvernement se limite à la réduction des bourses des étudiants, la construction des prisons( à l’image de la prison de koutoukallé) et au montage des marchés fictifs mais qu’on qualifie de meilleur homme d’Etat ; cet homme qui peut vilipender mais ceux d’en face ne doivent dire que du bien de lui ; cet homme qui  peut trahir ou tenter de te poignarder dans le dos politiquement, toi tu dois juste l’accepter et même le comprendre ; cet homme qui lorsqu’il a le pouvoir, il considère que lui seul doit en jouir. Mais lorsque c’est toi qui a le pouvoir tu dois partager le privilège avec lui ; toi opposant, tu n’as aucun droit, lui opposant il doit bénéficier de tout conformément à la LOI !  Cet homme qui est le seul qui peut faire appel à l’ethnie et à la région sans que cela ne dérange personne. Cet homme qui se présentait comme le seul représentait de l’ouest dans le Conseil National de Défense mais qui qualifie les autres d’ethno-régionalistes. Cet homme qui aime qualifier ses concitoyens d’étrangers alors que nul ne peut vous montrer un oncle paternel à lui dans cette capitale dont il se réclame. Cet homme dont les intérêts personnels sont toujours au dessus de ceux du Niger. Bref, cet homme qui, parce qu’il se sait minable et lâche, aime prêter aux autres ses caractères, sans doute histoire de se dire qu’il n’est pas seul dans l’univers des pourris.

Et c’est donc à cause de cet homme et pour cet homme que tout ce monde s’agite. En vérité, il faut bien comprendre la situation. Ce dossier, contrairement à ce qu’ils ont tenté de faire croire à l’opinion, est tout sauf vide. C’est juste un dossier qui contient des preuves accablantes contre les mis en cause ; c’est donc un dossier dont l’issue risque d’être inévitablement fatale pour une carrière politique pour laquelle on cherche désespérément un avenir.

En effet, ce dossier n’a jamais été une vue de l’esprit. Non, ce dossier est plein des preuves dont certaines relèvent même de l’évidence. En effet, l’évidence c’est par exemple le fait qu’il n’y a personne au Niger qui ne connaît pas le problème de procréation qui existe chez la plupart de ces couples mis en cause. L’évidence, c’est aussi le fait qu’il y a parmi ces personnes des femmes qui sont en situation de ménopause depuis des années. L’évidence, c’est le fait que la plupart de ces couples, se retrouvent tous au même moment, au même endroit et dans les mêmes conditions avec des jumeaux. On sait ALLAH Bon et Généreux et on Le sait Capable de tout mais la question est qu’ont-ils fait ces couples à Allah pour mériter de sa part un tel cadeau ? Car, on le sait bien, s’il est vrai qu’Allah donne ce qu’il veut à qui il veut, on sait aussi qu’il donne à ceux qui font preuve de dévotion et de grande foi dans son adoration. Or, lorsqu’on regarde la vie bien connue encore des nigériens, on s’aperçoit que les plus en vue dans l’affaire sont ceux qui n’évoquent Allah que dans leur fantasme de victimisation permanente par rapport à toute épreuve qu’ils affrontent. C’est dire qu’ils se sont exclus du lot des humains à qui Allah peut offrir de telles faveurs. L’évidence, c’est aussi le fait que tous refusent de se soumettre au seul et meilleur moyen d’établir ou non leur maternité et ou paternité qu’est le test ADN. L’évidence, c’est le fait que d’autres qui étaient pourtant dans la même situation que les mis en cause, plus de deux ans après, n’ont toujours pas accouché malgré qu’elles pensaient être enceintes. L’évidence, c’est aussi le fait que toutes ces femmes mises en cause se sont rendues  à un certain moment au Nigéria et plus précisément à Oré dans l’état d’Ondo, localité où justement a été démantelée une usine à bébés que gérait une dame du nom de Hapiness Ogundeji.

On le voit aisément, les preuves de supposition d’enfants sont indiscutables et on ne voit pas comment dans ces conditions les mis en cause peuvent-ils échapper à une condamnation de la justice. Mais c’est à la justice seule d’en décider. Et c’est justement, ce qu’elle a décidé de faire aujourd’hui et elle l’a fait.

Mais juste après que l’audience fut ouverte, on a observé la peur et l’agitation de ceux qui, parce que sans doute ils se savaient coupables des faits qu’on leur reproche, ne veulent pas que la justice rentre dans le fond du dossier. Et le moins qu’on puisse dire est qu’ils avaient fait vraiment ce qui est possible y arriver.

Sauf  que le processus était absolument irréversible ; le temps a fini par avoir raison du dilatoire et la vérité, oui la seule vérité qui intéresse les nigériens vient finalement de se savoir. Oui, des enfants ont bien été achetés ; oui, il y a bien eu supposition d’enfants ; oui, il y a eu complicité des mâles dans le deal ; oui, il y a eu faux et usage du faux dans l’établissement des pièces d’état civil de ces innocentes créatures ; oui, les faits qu’on reprochait aux prévenus sont bel et bien constitués. La justice vient de trancher et chacun, selon le degré de son implication dans ce crime abominable. Et  nous osons espérer que maintenant que la vérité a été sue sur cette question perverse et que la justice ait donné sa sanction ,nous osons espérer, disons-nous, que désormais, dans notre société comme dans toute autre société, l’être humain restera un être humain et non une marchandise dans les mains des riches.

 

Web Contributeur